Achat, conseils et livres sur les bonsaïs et leur entretien
Passer commande
(0 produits )
  • Votre panier est vide.

Comment bien choisir son engrais pour bonsaï ?

8 novembre 2016 / 0 Commentaires

L’engrais. Apporter de l'engrais à mon bonsaï Le sujet des engrais est très complexe si nous l’abordons d’un point de vue technique. Heureusement, vous trouverez des engrais prêts à l’emploi sur Entretien-Bonsai.fr. Ils vous éviteront les fastidieux mélanges que nous...

En savoir plus +

Quel outils, pour quelle utilisation dans la culture de vos bonsaïs ?

2 novembre 2016 / 0 Commentaires

Les outils à bonsaï Introduction sur les outils : Un vieux dicton : un bon jardinier a de bons outils ! Particulièrement vrai dans le cadre de la culture des bonsaï. L’outil est le prolongement de votre main. Il fera du bon travail et ne remplira son rôle que si vous le...

En savoir plus +

Protection des bonsaïs d'extérieur contre le froid

17 octobre 2016 / 0 Commentaires

Les arbres d’extérieur sont des essences de climats tempérés. Ils subissent les saisons. L’hiver est la saison du refroidissement nocturne important et du risque de gelée. Nous savons que le sol et les végétaux perdent continuellement, de jour comme de nuit, de l’énergie...

En savoir plus +

 

Tout ce qu’il faut savoir sur le bonsaï

Posséder une plante c’est un peu comme posséder un animal. Vous avez entre vos mains la vie d’un être vivant, et vous devez savoir comment vous en occuper. Les dernières tendances visent à réduire la taille de tout ce qui nous entoure, c’est bien pour cela que les bonsaïs ont gagné en popularité ces dernières décennies. Vous trouverez ici toutes les informations à avoir avant d’envisager l’achat ou la culture d’un tel arbre.

 

Qu’est-ce qu’un bonsaï ?

Comme sa sonorité le laisse supposer, le mot bon-saï vient du japonais. Il signifie de manière littérale « planté dans un pot ». La notion ainsi véhiculée est donc relativement vague. Le principe derrière une telle plante est de créer une version miniature d’un arbre et de son univers. La taille a son importance, puisque les arbres utilisés ne sont pas nains de manière naturelle, vous pouvez quasiment utiliser toutes les espèces présentes dans la nature. Leur hauteur est contrôlée grâce à des tailles précises, des ligatures forcées et une croissance contrôlée qui permettent de maintenir un arbre en dessous des 100 centimètres. Tant que votre arbre possède des branches et se satisfait d’un empotage pour se développer, vous pouvez le miniaturiser !

 

L’histoire du bonsaï

Le mot est japonais, mais la pratique nous vient de Chine. Alors appelés « punsaï » en -700 avant notre ère, ces arbres fleurissaient déjà dans des pots tout en ne dépassant pas le mètre de hauteur. C’était un art pratiqué exclusivement par les familles les plus riches. Un punsaï était un cadeau de choix parmi l’aristocratie, il est donc normal qu’il ait voyagé vers le pays voisin, le Japon. C’est durant le XIIIème siècle que le pays nippon adopte de multiples arts culturels chinois, dont la miniaturisation de plantes. Les japonais refaçonnent alors la pratique à l’aide de leur propre culture, notamment à travers des principes bouddhistes. La flore japonaise étant moins dense qu’en Chine, les bonsaïs ont malheureusement tendance à se ressembler à l’époque. Ils sont tous réalisés à partir de techniques toujours utilisées à ce jour. Il y a encore 3 siècles la pratique était inconnue des européens. Aujourd’hui, c’est une vraie mode qui s’est développée.

 

Façonner son propre bonsaï

Comme nous l’avons vu plus haut, les arbres utilisés ne sont pas naturellement nains. Ces plantes sont saines et identiques à leurs cousines de plusieurs mètres de haut. Elles sont maintenues dans cet état grâce à des techniques pointues à exercer tout au long de leur croissance. Nous allons voir les deux techniques les plus faciles à reproduire : la taille et la ligature :

Mise en forme par la taille

Afin d’obtenir la hauteur désirée, il est vital de garder votre arbre en forme, notamment grâce à une taille récurrente. Vous devez couper les branches qui risquent de ne pas correspondre à ce que vous recherchez, et ce n’est pas un exercice facile. La clef du succès réside dans l’arbre en lui-même. Prenez du recul et analysez la forme de votre plante à l’état naturel. N’essayez pas de la changer complètement, choisissez son profil le plus avantageux et façonnez-la à partir de là. Coupez les branches qui dépassent de trop et laissez respirer votre mini arbre. Maintenant que vous avez votre forme, il faut l’entretenir régulièrement, toujours en coupant quelques branches et feuillages qui peuvent l’étouffer.

Mise en forme par ligature

Vous pouvez utiliser la ligature en parallèle à la coupe, ou comme alternative. Enroulez quelques fils métalliques (généralement en aluminium ou en cuivre) autour des branches qui déviennent de la forme que vous aviez en tête ; et créez vous-même de nouveaux angles. Il est important de commencer par les branches situées à la base de l’arbre, et plus elles sont épaisses, plus vos fils doivent l’être également. Pour un fil efficace, prenez une épaisseur située entre un tiers et un quart de la taille de la branche où il sera posé. N’étouffez pas les branches avec votre ligature, laissez quelques millimètres afin de leur permettre de croître.

 

Le bonsaï d’extérieur

L’image européenne d’une telle plante en fait très souvent une décoration d’intérieur. Pourtant, ce sont bien des arbres comme les autres, ils sont donc beaucoup plus confortables en extérieur. Ils ont besoin de se confronter aux saisons afin de se renforcer. Pour votre bonsaï d’extérieur, vous pouvez envisager de vous procurer un chêne, un mûrier, un olivier, un grenadier, un orme, un fuchsia ou un troène. Ces arbres doivent être entretenus comme s’ils étaient de taille normale et non pas comme une plante en pot. Le pot n’est là que pour limiter ses réserves en nutriments et en eau. Les espèces citées ci-dessus ont une résistance anti-gel et anti-vent efficace, ils ont notamment besoin d’une période d’hivernage afin de durer plus longtemps.

 

Le bonsaï d’intérieur

Si vous décidez d’opter pour un bonsaï d’intérieur, il va plutôt falloir vous tourner vers le ficus, qui est parmi les espèces les plus faciles d’entretien. Cet arbre tolère une humidité réduite et résiste à beaucoup de températures différentes. Si vous recherchez un challenge plus intéressant, vous pouvez vous procurer un crassula, un carmona, un ligustrum, un sageretia ou un schefflera arboricola. Bien que tous ces arbres aient une résistance supérieure aux bonsaïs d’extérieur, il est bon d’essayer de maintenir une humidité relative autour d’eux. Il ne faut pas hésiter à pulvériser de l’eau sur leurs feuilles tout au long de la journée.

 

L’entretien d’un bonsaï

D’une manière plus générale, il n’est pas très difficile de prendre soin d’un bonsaï. La question la plus délicate entoure le pot de la plante. Comme il est très petit, un bon entretien de bonsaï comprend principalement un engraissement et un arrosage réguliers. Il n’existe pas de fréquence basique à laquelle arroser votre arbre. Cela dépend à la fois de l’espèce que vous avez choisie, de sa taille globale et du climat de l’endroit où vous habitez. Il est inutile d’arroser une telle plante tous les jours. Il est préférable de la surveiller et de l’arroser lorsque vous remarquez un léger dessèchement de sa terre. Elle doit rester humide constamment, n’attendez donc pas un dessèchement complet, ou votre arbre pourrait bien en pâtir. Arrosez avec soin, il ne faut pas non plus le noyer. Toujours à cause de la taille de son pot, l’arbre prélève les nutriments de son engrais assez rapidement. Les apports sont maigres, mais c’est ce qui lui permet de garder sa petite taille. Cela ne veut pas non plus dire qu’il faille le priver. C’est pourquoi il faut changer régulièrement l’engrais de votre arbre, qu’il soit standard ou spécial bonsaï. Comme expliqué plus haut, l’emplacement de votre arbre est important pour sa santé et sa croissance. Les espèces d’extérieur aiment les températures tempérées, alors que les bonsaïs d’intérieur préfèrent être au chaud. Toutes les espèces aiment la luminosité, il faut d’ailleurs leur proposer un contact direct avec le soleil le plus souvent possible. Il est également bon pour les plantes d’intérieur de profiter d’un courant d’air extérieur, ouvrez donc vos fenêtres aussi régulièrement que le temps le permet.

Cet entretien du bonsaï n’est pas difficile à réaliser, mais il faut quand même bien surveiller votre plante. Il en est de même pour la plupart des plantes ; mais le bonsaï demande une attention particulière au niveau de sa forme. Si vous ne voulez pas que votre arbre ne grandisse de trop il va falloir le tailler ou le ligaturer. Avec un peu d’effort, vous posséderez une vraie reproduction miniature d’un environnement boisé, et à moindre coût.